Mot de passe perdu   S'enregistrer  

« Ce burn-out, emprunt « fourre-tout » facilement remplaçable » (Normalisation IP)

Burn-out
BURN-OUT [bœʀnaut] n.m. (1969, répandu après 1976 ; angl. burn out
« surmenage ») 1. (Gros) coup de fatigue occasionné par un travail intense, creatif et productif souvent au prix de la vie privée. Victime d'un burn-out, Lucie Lucas songe à arrêter « Clem ». [...] Après des années sur les plateaux de tournage, la jeune femme souhaite prendre du temps pour elle, et être plus présente pour ses proches
(PM, 22.12.16). ◊ Occupation, entreprise, réalisation, mise en scène, etc. ayant nécessité de grands efforts. Depuis son précédent spectacle, « One man violent », on ne peut pas dire que Nicolas Koretzky se soit calmé. Au contraire, le voici parvenu à son « Point de rupture ». Ce burn out théâtral est drôle [...] (PM, 03.04.16).

Vous êtes invités à consulter les 9 articles ci-après pour voir que, parallèlement à l’intégration des emprunts nécessaires, le français réagit à l’anglicisation, et pour revenir aux recommandations du premier article (menu accueil)
Burn-out Bluesman Container Free-lance Parking Rally(e)man Recordman Rugbyman Tennisman Yacht(s)man

Slider

« Ce rugbyman, faux anglicisme bien ancré dans la terminologie sportive, qui s’entoure de nominations françaises parallèles »

RUGBYMAN [ʀygbiman] n.m. Pl. RUGBYMANS, RUGBYMEN [ʀygbimɛn].
(
1909 ; faux anglic. : rugby + suff. -man). Joueur de rugby.

Normalisation NP

Usage: M : 708 occ., NO : 184 occ., P: 396 occ.,
L: 424 occ., PM: 78 occ., H: 312 occ.

Et voilà le rugby à [ … ] onze.

Du côté de la Fédération française de rugby à quinze, on ne veut d’ailleurs pas de pronocer sur la question. Quant au nom de « rugby à onze », « c’est à l’International board de réagir dans un sens ou dans un autre », selon le chargé de communication des rugbymen français (H, 11.12.99).

Avec son physique de rugbyman et son air bonhomme, Frédéric Cuvillier a mis le bleu de chauffe pour défendre « sa » réforme du système ferroviaire qui doit être discutée à l'Assemblée nationale à partir du 17 juin (M, 14.06.14).

L’association Habitat et Humanisme lance du 13 novembre au 15 décembre une importante campagne de solidarité en faveur du logement des mamans isolées, parrainée par le rugbyman Sébastien Chabal (NO, 23.11.12).

Rugby: la belle histoire de Nathan Charles, un défi à la médecine. [...] Charles, 25 ans, défie la science et la logique [...]Car quand les médecins lui ont diagnostiqué pendant l'enfance cette maladie génétique incurable [...]il était écrit que Charles ne dépasserait pas son dixième anniversaire. Le voilà pourtant rugbyman professionnel, titulaire de la franchise de Super 15 de la Western Force, et probablement le seul athlète de haut niveau pratiquant un sport de contact avec cette affliction (P, 11.06.14).

Pour la huitième année, la RATP fait intervenir les valeurs de l’ovalie afin de sensibiliser les collégiens aux incivilités. [...]Positionné au fond de la salle, Philippe Martin, responsable des partenariats sports de la RATP, guette les échanges sans broncher. [...] Avant de s’éclipser, l’ancien rugbyman tente une analyse : «Paradoxalement, c’est souvent ici qu’il y a le plus d’incivilité mais c’est aussi ici que les gens sont le plus respectueux.» (L, 01.06.14)

Note

-MAN. Pl. -MANS, -MEN. Suffixe emprunté qui sert surtout à former de faux anglicismes principalement des groupes lexico-sémantiques sport, jazz et autres.

Paradigme

Joueur n.m. de rugby. Joueur n.m. (dans le contexte de
rygby ; plus fréquent)

« L’argent est là. On ne peu plus se cacher. Ou on continue à subir jusqu’au moment où on ne maîtrisera plus rien, ou alors on prend les choses en main et l’on revoit le statut du joueur de rugby, », expliquait ainsi Pierre Berbizier, l’entraîneur de l’équipe de France, dans une interview accordée à notre confrère « ’Equipe » (H, 03.08.95).

Le Nouvel Observateur donne quatre raisons qui prouvent que Sébastien Chabal était un joueur de rugby hors norme (NO, 05.05.14).

Rugby: Jonny Wilkinson annonce sa retraite en fin de saison. [...]« Je souhaite annoncer officiellement ma retraite de joueur de rugby aujourd'hui (lundi) [...] »
(P, 19.05.14)

Le rugby et la Grande Guerre. [...]Les joueurs ont été largement mobilisés à l’instar de l’ensemble de la société masculine et nombreux sont ceux qui ont péri. Selon Michel Merckel, porteur dans le cadre des commémorations du centenaire de la première guerre mondiale d’un projet d’édification d’un monument aux sportifs « morts pour la France », sur 424 sportifs de haut niveau, 121 sont des joueurs de rugby (M, 10.06.14).

A l’issue de la guerre, un monument aux rugbymen tombés pour la France est élevé au stade de Colombes et plusieurs stades prennent le nom de rugbymen « morts pour la France », tels que le stade Alfred-Armandie d’Agen, joueur du Sporting Union agenais (SUA) tué en septembre 1915. Aimé Giral, un des joueurs phare de l’USAP mort à 20 ans le 22 juillet 1915 dans la Marne, donne son nom au stade de rugby de Perpignan (M, 10.06.14).

Depuis l’arrivée du professionnalisme, les morphologies ont évolué sur le terrain. Toujours plus grands, toujours plus musclés, les joueurs de rugby sont désormais armés pour un jeu plus physique, ce qui n’est pas sans danger pour la santé. [...]Comment réduire l’intensité des rucks sans changer la nature du jeu ? Faudrait-il pour la sécurité des joueurs interdire les déblayages, les joueurs qui arrivent plein badin pour faire le ménage ? (NO, 28.11.13)

Rugby: une semaine pour les Bleus pour capitaliser. [...]« Les quelques joueurs qui ont fait deux fois 80 minutes étaient éprouvés hier soir, mais ce sont aussi ceux qui ont eu le plus d'activité sur la pelouse », soulignait dimanche matin le manager Philippe Saint-André [...] (P, 15.06.14)

Haut