Il s’agit d’une idée qui a germé lors du colloque du 25 novembre 2020 sur la traduction automatique.

Actuellement, une pression très forte s'exerce sur les chercherus pour qu'ils publient directement leurs articles et leurs livres directement en anglais. L'anglais est censé leur assurer la meilleure diffusion dans la communauté scientifique international. Si les avantages d'une langue commune ne peuvent être ignorés, mais le caractère exclusif de la langue commune présente des inconvénients collectifs considérables en termes de vitalité des langues scientifiques, de diversité linguistique et de communication scientifique. Il est observé que la diffusion des travaux scientifiques, et que la diffusion des résultats de la recherche dans le corps social, dès lors qu’ils sont traduits en plusieurs langues, dont l’anglais, est meilleure que s’ils sont publiés dans le seul anglais. De plus le chercheur qui n'a pas une très bonne maîtrise de l'anglais peut s'exposer à des dépenses de traduction au coût élevé qu'il ne peut généralement assumer lui-même.

Le projet est d'inverser cette tendance : encourager la publication scientifique en français et plus généralement dans la langue du chercheur. La contrepartie est de traduire le texte source en plusieurs langues y compris l'anglais. Sans l'appui de l'institution dont il dépend, cette traduction, il doit l'assumer lui-même. D'où le recours à la traduction automatique.

Aujourd'hui, nous disposons d'outils de traduction automatique d'une qualité exceptionnelle. Pour autant, nous ne pouvons pas avoir la garantie qu'aucun contresens ne sera commis, qui peut simplement résulter non pas des faiblesses du traducteur, mais aussi des imperfections du texte initial, ne serait-ce qu'une erreur de ponctuation, que seul le lecteur humain, en l'état actuel des logiciels, peut détecter.

Donc le chercheur doit être capable de se relire lui-même dans la langue cible. A défaut, il doit soit payer un traducteur professionnel faisant fonction de réviseur, soit se rapprocher de collègues natifs dans la langue cible qui acceptent d'entrer dans une démarche collaborative.

D’où l’idée que les auteurs soient encouragés à traduire les articles ou ouvrages en recourant à la traduction automatique, à la condition soit qu’ils soient eux-mêmes experts dans la langue cible ou que leurs traductions soient révisées par un traducteur professionnel ou un chercheur natif de la langue cible intervenant à titre bénévole.

Il va de soi que cette collaboration peut s'effectuer par des moyens ordinaires tels que la messagerie san spasser par une plateforme etlle que celle que nous proposons ici.

Néanmoins l'idée est de créer un contexte incitatif et de faciliter la mise en relation d'auteurs (chercheurs ou autres) avec des traducteurs/réviseurs qui peuvent être également auteurs.

Ce projet est matérialisé par un nouveau site expérimental, sous-site de l’OEP. Cette plateforme a plusieurs fonctions :

1- Information

Il s'agit de toute l'information que nous donnons ici sur l'ensemble de la problématique et qui se trouve regroupé dans le menu haut (à droite de l'écran)

2 - mise en relation

La plateforme est un lieu où le chercheur qui souhaite faire vérifier sa traduction, se présente, présente son travail, ses publications et passe une annonce. La voie la plus simple est celle du forum. Mais il peut aussi se créer un blog, sachant qu'il existe beaucoup d'autres moyen pour se créer un site personnel.

3 - travail collaboratif

Il s'agit pour le chercheur de travailler sur le texte cible de manière collaborative. Pour ce faire, la mise en place d'un wiki est envisagée. Mais a priori le forum est une modalité suffisante, et encore une fois, une fois le contact établi, le travail peut s'effectuer sans difficulté par messagerie internet.

4 - Publication ou aide à la publication

Cette publication s'effectue par la voie du blog de l'auteur qui peut aussi publier son travail sur un site personnel ou sur des plateformes telles que HAL, Academia.edu ou ResearchGate.net. L'OEP a son propre système de publication qui est la collection Plurilinguisme qui passe actuellement par la plateforme Bookelis.

La présente plateforme doit être considérée actuellement comme EN CONSTRUCTION. Elle fonctionne de manière expérimentale.

 

Top