Investigating_Content_and_Language_Integrated_Learning.jpg

Task force. Task force, d’origine militaire, dont l’usage est assez répandu pour le moment, doit être pourvu d’une marque « À éviter » jusqu’à ce que les équivalents français force opérationnelle (milit.), groupement temporaire (milit.), groupe de réflexion, comité de pilotage, équipe spéciale, équipe d’étude et d’action l’emportent.

Task force

Une force opérationnelle, appelée task force en anglais, est une forme d'organisation temporaire créée pour exécuter une tâche ou activité donnée.

Initialement créée dans la marine de guerre des États-Unis, le concept s'est répandu au point d'être à présent utilisé dans beaucoup d'organisations, telles que des entreprises, qui créent des forces opérationnelles pour exécuter des missions temporaires de protection et de surveillance.

Soutenez le projet en vous rendant sur la cagnotte collaborative

La pénétration de mots, d'expressions, de mots propres, de noms de marques, de slogans publicitaires, voire de tournures anglophones, est un phénomène suffisamment massif pour que l'Académie française s'en inquière officiellement et pour qu'un homme comme Michel Serres, rompu à l'internationalisation, constate qu'il y a aujourd'hui plus de mots anglais dans les rues de Paris que de mots allemands sous l'Occupation.

Il est clair que les quelques dizaines de mots anglais qui rentrent dans notre dictionnaire chaque année n'est que la partie émergée de l'Iceberg, et que le nombre de mots véritablement employés est de l'ordre de dix fois supérieur. Tous ne sont pas destinés à s'installer durablement, mais la marée est quand même là, et il s'agit de fortes marées.

Loin de nous l’idée cependant de bannir tous les emprunts que la langue française a fait à de nombreuses langues, de tous horizons, y compris des langues que l’on dit aujourd’hui régionales. Ce serait un triste appauvrissement. Là est justement le problème. L’emprunt en langue est généralement une source d’enrichissement, parce que la langue qui décrit le monde tel que l’on voit, qu’on le perçoit, qu’on le ressent, qu’on le comprend, n’a pas toujours le mot ou la nuance que l’on cherche. Là est la source de l’emprunt, si elle ne trouve pas en elle-même, ce qui peut arriver, ce qu’elle cherche à désigner et à exprimer. Or, avec l’abondance d’anglicismes à laquelle nous sommes confrontés chaque jour (et cela n’est pas une spécificité française), nous avons affaire à autre chose que l’emprunt ordinaire. Nous voulons comprendre l’anglicisme, facteur aujourd’hui d’anglicisation, ou plus exactement d’américanisation, afin de mieux le maîtriser. Ce faisant, on apprend à mieux connaître non seulement la langue française, mais aussi la langue anglaise. Et ce que nous disons pour le français, on peut tout autant le dire pour l’italien, l’allemand et de bien d’autres langues.
Ce site est interactif. Nous vous invitons à signaler les anglicismes qui vous posent problème et nous essaierons d’y répondre.

Jusqu’à ce qu’un vieil ami lui souffle la recette du succès, et du bonheur : celle des meilleurs cookies de la ville, que l’écureuil et sa fiancée vendront à tour de bras dans leur petit foodtruck, au cœur du Park. (Le Monde 22 décembre 2020 - Trois albums jeunesse qui croquent Big Apple)

Garé devant le pavillon français de l'Exposition universelle de Milan consacrée à l'alimentation, le food truck Peugeot est né de la synthèse des deux activités du constructeur automobile.(Le Monde 30 juillet 2015 - Les moulins de compétition de Peugeot)

"Ce gros camion de 3,5 tonnes est la promesse d’un changement de vie professionnelle. Chaque semaine, deux nouvelles équipes vont s’affronter dans « Mon food truck à la clé » pour gagner un camion cantine de sept mètres de long. Afin de le mériter, il faudra remporter une série d’épreuves plus ou moins pertinentes, convaincre des clients et deux coaches (Nathalie Nguyen et Bruno Oliver).

Les candidats devront apprendre et appliquer les quatre règles d’or pour devenir un parfait « food trucker » : avoir un concept culinaire solide ; savoir acheter les produits et vendre les plats ; faire preuve de rapidité d’exécution et d’organisation ; savoir s’adapter à la clientèle ou au lieu. Et ce n’est pas tout. Car, au-delà de la cuisine, les prétendants devront se conduire en chef d’entreprise et comprendre vite comment devenir rentable.

Animée par Carinne Teyssandier, cette émission, créée et produite par Shine France – « The Voice », « Masterchef » – sera diffusée pendant douze semaines, du lundi au vendredi, pour une durée de 52 minutes." (Le Monde 27 février 2015 - Un « Street food » sans saveur)

Au programme de cette opération « hors les murs » : expositions, visites guidées, ateliers pour les enfants, chantiers ouverts, promenades urbaines, parcours numériques, expériences 3D, animations, foodtruck, aires de jeux… (Le Monde 10 octobre 2014 - Le futur quartier Clichy-Batignolles comme si vous y étiez)

L'équipe du Guide Fooding « parking gourmand »,Guide Fooding, n'en finit pas de réveiller la gastronomie. Cette fois, elle a transformé la cour de l'Ecole des beaux-arts de Paris en installant des « food trucks » (rebaptisés pour l'occasion « délicatrucks »), ces camions haut de gamme qui ont transformé l'image de la cuisine de rue. (Le Monde 10 novembre 2012 - Festin de rue)

Top