Investigating_Content_and_Language_Integrated_Learning.jpg

Task force. Task force, d’origine militaire, dont l’usage est assez répandu pour le moment, doit être pourvu d’une marque « À éviter » jusqu’à ce que les équivalents français force opérationnelle (milit.), groupement temporaire (milit.), groupe de réflexion, comité de pilotage, équipe spéciale, équipe d’étude et d’action l’emportent.

Task force

Une force opérationnelle, appelée task force en anglais, est une forme d'organisation temporaire créée pour exécuter une tâche ou activité donnée.

Initialement créée dans la marine de guerre des États-Unis, le concept s'est répandu au point d'être à présent utilisé dans beaucoup d'organisations, telles que des entreprises, qui créent des forces opérationnelles pour exécuter des missions temporaires de protection et de surveillance.

Soutenez le projet en vous rendant sur la cagnotte collaborative

La pénétration de mots, d'expressions, de mots propres, de noms de marques, de slogans publicitaires, voire de tournures anglophones, est un phénomène suffisamment massif pour que l'Académie française s'en inquière officiellement et pour qu'un homme comme Michel Serres, rompu à l'internationalisation, constate qu'il y a aujourd'hui plus de mots anglais dans les rues de Paris que de mots allemands sous l'Occupation.

Il est clair que les quelques dizaines de mots anglais qui rentrent dans notre dictionnaire chaque année n'est que la partie émergée de l'Iceberg, et que le nombre de mots véritablement employés est de l'ordre de dix fois supérieur. Tous ne sont pas destinés à s'installer durablement, mais la marée est quand même là, et il s'agit de fortes marées.

Loin de nous l’idée cependant de bannir tous les emprunts que la langue française a fait à de nombreuses langues, de tous horizons, y compris des langues que l’on dit aujourd’hui régionales. Ce serait un triste appauvrissement. Là est justement le problème. L’emprunt en langue est généralement une source d’enrichissement, parce que la langue qui décrit le monde tel que l’on voit, qu’on le perçoit, qu’on le ressent, qu’on le comprend, n’a pas toujours le mot ou la nuance que l’on cherche. Là est la source de l’emprunt, si elle ne trouve pas en elle-même, ce qui peut arriver, ce qu’elle cherche à désigner et à exprimer. Or, avec l’abondance d’anglicismes à laquelle nous sommes confrontés chaque jour (et cela n’est pas une spécificité française), nous avons affaire à autre chose que l’emprunt ordinaire. Nous voulons comprendre l’anglicisme, facteur aujourd’hui d’anglicisation, ou plus exactement d’américanisation, afin de mieux le maîtriser. Ce faisant, on apprend à mieux connaître non seulement la langue française, mais aussi la langue anglaise. Et ce que nous disons pour le français, on peut tout autant le dire pour l’italien, l’allemand et de bien d’autres langues.
Ce site est interactif. Nous vous invitons à signaler les anglicismes qui vous posent problème et nous essaierons d’y répondre.

Information n.f. fausse

Fusillade de Las Vegas : comment Google a relayé des fake news. Le moteur de recherche a fait remonter de fausses informations à propos de la fusillade de Los Angeles, trompant des milliers de personnes. [...] Selon Mashable, l’auteur du tweet a confié faire circuler cette fausse information « pour les retweets ». Un classique en somme, lors de ce genre de crises (PM, 03.10.17).

Jeudi, le CSA a remis son premier projet de recommandations à l’intention des grandes plateformes en ligne dans le cadre de la loi contre la manipulation de l’information. Cette dernière, adoptée en décembre, a consacré un devoir de coopération entre les grandes plateformes et les différents acteurs de l’État pour freiner la diffusion de fausses informations en périodes électorales (F, 27.04.19).

Les juges inquiets de l’application de la loi « fake news ». [...] Sept mesures ont été édictées par le CSA. La première suggère par exemple la « mise en place d’un dispositif de signalement » des fausses informations « accessible et visible » sur chacun des sites concernés (F, 27.04.19).

L’Indonésie à l’heure des « fake news » électorales. [...] Le président Joko Widodo est favori du scrutin de mercredi en dépit de multiples fausses informations contre lui (M, 15.04.19).

« Fake news », piratage des données. [...] Pourquoi LRM craint des élections européennes sous influence. Le parti présidentiel tente de développer des outils pour lutter contre les fausses informations et les ingérences étrangères (M, 15.02.19).

Top