Investigating_Content_and_Language_Integrated_Learning.jpg

Task force. Task force, d’origine militaire, dont l’usage est assez répandu pour le moment, doit être pourvu d’une marque « À éviter » jusqu’à ce que les équivalents français force opérationnelle (milit.), groupement temporaire (milit.), groupe de réflexion, comité de pilotage, équipe spéciale, équipe d’étude et d’action l’emportent.

Task force

Une force opérationnelle, appelée task force en anglais, est une forme d'organisation temporaire créée pour exécuter une tâche ou activité donnée.

Initialement créée dans la marine de guerre des États-Unis, le concept s'est répandu au point d'être à présent utilisé dans beaucoup d'organisations, telles que des entreprises, qui créent des forces opérationnelles pour exécuter des missions temporaires de protection et de surveillance.

Soutenez le projet en vous rendant sur la cagnotte collaborative

La pénétration de mots, d'expressions, de mots propres, de noms de marques, de slogans publicitaires, voire de tournures anglophones, est un phénomène suffisamment massif pour que l'Académie française s'en inquière officiellement et pour qu'un homme comme Michel Serres, rompu à l'internationalisation, constate qu'il y a aujourd'hui plus de mots anglais dans les rues de Paris que de mots allemands sous l'Occupation.

Il est clair que les quelques dizaines de mots anglais qui rentrent dans notre dictionnaire chaque année n'est que la partie émergée de l'Iceberg, et que le nombre de mots véritablement employés est de l'ordre de dix fois supérieur. Tous ne sont pas destinés à s'installer durablement, mais la marée est quand même là, et il s'agit de fortes marées.

Loin de nous l’idée cependant de bannir tous les emprunts que la langue française a fait à de nombreuses langues, de tous horizons, y compris des langues que l’on dit aujourd’hui régionales. Ce serait un triste appauvrissement. Là est justement le problème. L’emprunt en langue est généralement une source d’enrichissement, parce que la langue qui décrit le monde tel que l’on voit, qu’on le perçoit, qu’on le ressent, qu’on le comprend, n’a pas toujours le mot ou la nuance que l’on cherche. Là est la source de l’emprunt, si elle ne trouve pas en elle-même, ce qui peut arriver, ce qu’elle cherche à désigner et à exprimer. Or, avec l’abondance d’anglicismes à laquelle nous sommes confrontés chaque jour (et cela n’est pas une spécificité française), nous avons affaire à autre chose que l’emprunt ordinaire. Nous voulons comprendre l’anglicisme, facteur aujourd’hui d’anglicisation, ou plus exactement d’américanisation, afin de mieux le maîtriser. Ce faisant, on apprend à mieux connaître non seulement la langue française, mais aussi la langue anglaise. Et ce que nous disons pour le français, on peut tout autant le dire pour l’italien, l’allemand et de bien d’autres langues.
Ce site est interactif. Nous vous invitons à signaler les anglicismes qui vous posent problème et nous essaierons d’y répondre.

Note

Le temps présent, où les gens s’informent de plus en plus souvent par le biais des réseaux sociaux, se contentant d’informations non confirmées, sans accorder une grande attention à la presse écrite et aux médias électroniques institutionnels qui procèdent généralement à la vérification des informations douteuses, aurait été baptisé « ère post-vérité » (Wikipédia ; E, 10.04.18 ; M, 22.12.18), « fachosphère » (H, 03.07.18).

La confusion demeure aussi du fait que de telles réactions que l’adoption des lois « anti-fake news » sont quelque peu estompées par les critiques qui redoutent que ces campagnes ne dégénèrent en censure de la presse et répressions contre l’opposition.

Assemblée nationale. les «fausses informations» de retour. [...] Le débat sur les «fake news » reprend aujourd’hui. Des députés y voient une possible atteinte à la liberté de la presse et le risque d’instauration d’une « vérité officielle » (H, 03.07.18).

Deux ans de prison pour une « fake news » sur la prostitution au Cambodge.

Un traducteur cambodgien [...] sur un documentaire sur le trafic de prostituées mineures au Cambodge a été condamné ce jeudi à deux ans de prison pour ce reportage considéré par Phnom Penh comme une « fake news » (F, 27.06.19).

L’innovation deep fake n.m., version vidéo truquée de fake news, « frappe à la porte ».

Deepfake, le mensonge animé. […] L'intelligence artificielle a trouvé mieux que les infox, les « deepfake », version vidéo, et redoutable, des fausses informations qui font le malheur du web (E, 12.06.19).

Aussi, comme on pourrait s’y attendre, le nombre d’occurrences des dénominations désignant « fausse(s) information(s) » (dont l’anglicisme fake news l’emporte pour le moment) est-il très important, quoique leur usage soit impossible à établir d’une manière précise. Ainsi l’usage de fake news est profondément flottant d’un média à un autre et gravement interféré avec celui de news. L’usage d’infox n.f. est largement confondu avec info n.f.

Le favori de l’usage aujourd’hui, l’anglicisme pourrait être éliminé en perspective. Les équivalents officiellement recommandés, excepté information(s) fallacieuse(s), sont effectivement employés dans les articles de la presse grand public. En règle générale, ils suivent fake news dans les textes. (V. les exemples du Paradigme.)

L’adjectif fallacieux,-se dont le pouvoir combinatoire est développé (une saleté fallacieuse, une procédure scandaleuse et fallacieuse, une fallacieuse bonne conscience, une idée fallacieuse, une utilisation fallacieuse, une interprétation fallacieuse, une fallacieuse séduction, une efficacité fallacieuse) ne se trouve point réuni dans le syntagme information(s) fallacieuse(s).

L’usage des termes juridiques nouvelle n.f. fausse, information n.f. fausse s’est étendu à la langue commune dans l’ordre des composants fausse nouvelle, fausse information (V. le Paradigme). D’aucuns (Wikipédia) sont allés jusqu’à considérer fake news comme un emprunt « aller-retour » emprunté d’abord au français par l’anglais, traduisant fidèlement les termes apparus pour la première fois dans la loi sur la liberté de la presse (1881), ainsi que dans les codes électoral, pénal, monétaire et financier français (FranceTerme).

La Commission d’enrichissement de la langue française a marqué un point avec infox n.f., choix heureux d’un néologisme forgé qui juxtapose information et intoxication, dont le nombre d’occurrences est considérable (V. de nombreux exemples dans le Paradigme).

Nous n’en resterons pas là. En dehors des équivalents officiellement recommandés, il existe plusieurs autres possibilités de remplacer l’anglicisme : désinformation n.f., manipulation n.f. de l’information, intox n.f., diffamation n.f., complot n.m., théorie n.f. du complot, complotisme n.m., contre-vérité n.f., rumeur n.f. (V. les exemples du Paradigme).

Intox n.f., troncation familière d’intoxication n.f., désignant « action insidieuse sur les esprits » de n’importe quelle nature, apparue en 1966 (PR), est peu usitée, comparée à infox n. a. évoquant directement les méfaits de fausses informations.

Étant sources de fausses nouvelles à côté des préjugés, complot n.m., théorie n.f. du complot, complotisme n.m., rumeur n.f. peuvent, dans des contextes spécialement organisés, se substituer à fake news.

Les fausses informations, nouveau champ de bataille de la contestation à Hong Kong. [...] La police est spécialement ciblée par la rumeur, comme dans une vidéo réfutée par l'AFP et prétendant montrer des officiers en train de tirer sur une femme en plein visage. [...][Masato Kajimoto, professeur de journalisme et spécialiste des fake news] cite une théorie du complot récente accusant la police d'avoir truqué un point de presse sur la base d'une photo de montre (NO, 25.07.19).

Huit personnes sont mortes lynchées en une semaine à travers le Bangladesh à cause de fausses rumeurs sur des sacrifices humains destinés à permettre la construction d'un grand pont [...] Les commissariats de police à travers le pays [...] ont reçu pour ordre de prendre des mesures contre l'infox meurtrière. Au moins 25 comptes Youtube, 60 pages Facebook et 10 sites internet ont été fermés. L'AFP a toutefois identifié plusieurs messages continuant à propager la rumeur sur Facebook. [...] (PM, 24.07.19). (V. aussi les exemples du Paradigme.)

On rencontre dans des articles de presse des cas de variation de plusieurs procédés de remplacement de fake news. Pour ne prendre qu’un seul exemple.

« Gilets jaunes » et infox : Facebook se défend. [...] Visé par de multiples critiques sur sa gestion des fausses informations virales et son rôle dans l'émergence du mouvement des « gilets jaunes », le réseau social Facebook se défend par la voix de son vice-président chargé de la France et de l'Europe du Sud, Laurent Solly [...] «Fake news » : le CSA veut la transparence. [...] L’institution a remis ses recommandations aux plateformes à la suite de l’adoption de la loi contre la désinformation. [...] Lutter contre les « fake news » avec efficacité mais aussi plus de transparence. Jeudi, leCSAa remis son premier projet de recommandations à l’intention des grandes plateformes en ligne dans le cadre de la loi contre la manipulation de l’information. Cette dernière, adoptée en décembre, a consacré un devoir de coopération entre les grandes plateformes et les différents acteurs de l’État pour freiner la diffusion de fausses informations en périodes électorales. [...] Sept mesures ont été édictées par le CSA. La première suggère par exemple la « mise en place d’un dispositif de signalement » des fausses informations « accessible et visible » sur chacun des sites concernés (F, 27.04.19).

Qui plus est, nous avons découvert plusieurs cas d’emplois des analogues français qui se suffisent à eux-mêmes sans être rattachés à fake news dans le texte.

Facebook : nouvelle salve de mesures anti-infox. [...] Toujours soucieux de montrer qu'il agit face aux critiques, Facebook a dévoilé mercredi une batterie de nouvelles fonctionnalités censées aider à lutter contre la propagation de fausses informations, notamment via la modification de certains algorithmes de référencement (F, 11.04.11).

Facebook et Instagram vont combattre les infox des anti-vaccins. [...] Le groupe Facebook, propriétaire également d'Instagram, a dévoilé des mesures pour limiter l'accès aux fausses informations et favoriser celles qui font autorité. [...] Après Pinterest et YouTube, c'est au tour de Facebook de prendre des mesures contre les fausses nouvellesanti-vaccins. Le groupe de Mark Zuckerberg a annoncé jeudi qu'il allait lutter activement contre la désinformation circulant sur le réseau (E, 09.03.19).

La rhétorique anti-Bruxelles de Jordan Bardella se trompe de tutelle. […] Le Rassemblement national décline consciencieusement le catalogue des infox sur l’UE (L, 18.05.19).

Non, la CIA ne procure pas d'enfants aux élites pédophiles (lien repéré sur Facebook. [...] L'infox, partagée sur plusieurs groupes de gilets jaunes sur Facebook, a été inventée de toutes pièces (L, 23.05.19).

Nous découvrons une évolution sémantique de faussaire n. « Personne qui fait un faux. Faussaire qui fabrique des billets de banque, imite une signature. Faussaire littéraire. » (RP) qui l’inclut dans le champ sémantique de fausses informations : « diffuseur de fausses informations », qui n’est pas signalé dans les dictionnaires.

Faire passer la famille recomposée pour quelque chose de formidable, c’est nier le mal qu’on fait aux enfants. [...] La famille dite recomposée s’est alors imposée, en quelques années, comme une quasi-norme. Quelque chose de quasi formidable ! Pas une famille puzzle de grands sportifs tricolores, de politiques béats et de stars épanouies qui ne se soit fait photographier sur son canapé pour Paris Match en claironnant son bonheur recomposé […] Cette manœuvre de faussaire me paraît indigne car il y a quelque chose de plus incorrect que de brusquer un enfant, c’est de nier le mal qu’on lui fait (PM, 01.01.10).

Christophe Castaner a dénoncé lundi une fausse circulaire imitant sa signature et diffusée sur Internet, selon laquelle le ministre de l'Intérieur ordonnerait de saisir les armes détenues légalement par les Français à cause de la crise des « gilets jaunes ». […] Dans ce courrier, le faussaire évoquait une saisie « pour une durée initiale de 6 mois », qui pourrait « être renouvelée » (PM, 07.01.19).

Top