Investigating_Content_and_Language_Integrated_Learning.jpg

Task force. Task force, d’origine militaire, dont l’usage est assez répandu pour le moment, doit être pourvu d’une marque « À éviter » jusqu’à ce que les équivalents français force opérationnelle (milit.), groupement temporaire (milit.), groupe de réflexion, comité de pilotage, équipe spéciale, équipe d’étude et d’action l’emportent.

Task force

Une force opérationnelle, appelée task force en anglais, est une forme d'organisation temporaire créée pour exécuter une tâche ou activité donnée.

Initialement créée dans la marine de guerre des États-Unis, le concept s'est répandu au point d'être à présent utilisé dans beaucoup d'organisations, telles que des entreprises, qui créent des forces opérationnelles pour exécuter des missions temporaires de protection et de surveillance.

Soutenez le projet en vous rendant sur la cagnotte collaborative

La pénétration de mots, d'expressions, de mots propres, de noms de marques, de slogans publicitaires, voire de tournures anglophones, est un phénomène suffisamment massif pour que l'Académie française s'en inquière officiellement et pour qu'un homme comme Michel Serres, rompu à l'internationalisation, constate qu'il y a aujourd'hui plus de mots anglais dans les rues de Paris que de mots allemands sous l'Occupation.

Il est clair que les quelques dizaines de mots anglais qui rentrent dans notre dictionnaire chaque année n'est que la partie émergée de l'Iceberg, et que le nombre de mots véritablement employés est de l'ordre de dix fois supérieur. Tous ne sont pas destinés à s'installer durablement, mais la marée est quand même là, et il s'agit de fortes marées.

Loin de nous l’idée cependant de bannir tous les emprunts que la langue française a fait à de nombreuses langues, de tous horizons, y compris des langues que l’on dit aujourd’hui régionales. Ce serait un triste appauvrissement. Là est justement le problème. L’emprunt en langue est généralement une source d’enrichissement, parce que la langue qui décrit le monde tel que l’on voit, qu’on le perçoit, qu’on le ressent, qu’on le comprend, n’a pas toujours le mot ou la nuance que l’on cherche. Là est la source de l’emprunt, si elle ne trouve pas en elle-même, ce qui peut arriver, ce qu’elle cherche à désigner et à exprimer. Or, avec l’abondance d’anglicismes à laquelle nous sommes confrontés chaque jour (et cela n’est pas une spécificité française), nous avons affaire à autre chose que l’emprunt ordinaire. Nous voulons comprendre l’anglicisme, facteur aujourd’hui d’anglicisation, ou plus exactement d’américanisation, afin de mieux le maîtriser. Ce faisant, on apprend à mieux connaître non seulement la langue française, mais aussi la langue anglaise. Et ce que nous disons pour le français, on peut tout autant le dire pour l’italien, l’allemand et de bien d’autres langues.
Ce site est interactif. Nous vous invitons à signaler les anglicismes qui vous posent problème et nous essaierons d’y répondre.

Rumeur n.f.

Vous en avez entendu parler. Pendant le mouvement des « gilets jaunes », une rumeur a circulé, suscitant l’indignation. Emmanuel Macron ­s’apprêtait à signer le pacte de Marrakech, un traité par ­lequel la France abdiquait, au profit de l’ONU, sa souveraineté en matière migratoire. [... ] Comment comprendre le succès d’une rumeur aussi facile à démentir? La tentation est grande de blâmer les réseaux sociaux et, plus largement, le monde de « post-vérité » dans ­lequel nous serions, dit-on, entrés. C’est le refrain de l’époque : toutes les opinions se valent, Internet propage les ­rumeurs les plus folles, l’esprit critique a disparu et les infox se répandent comme des traînées de poudre (M, 22.12.18).

Au Bangladesh, vague de lynchages liés à des rumeurs de sacrifices humains. [...] Huit personnes sont mortes lynchées en une semaine à travers le Bangladesh à cause de fausses rumeurs sur des sacrifices humains destinés à permettre la construction d'un grand pont [...] Cette infox, propagée principalement sur Facebook, affirme que des ravisseurs d'enfants rôdent afin de se procurer des têtes humaines à livrer en offrandes pour la réalisation d'un gigantesque pont à 3 milliards de dollars en cours de construction sur le Padma, prolongation au Bangladesh du Gange. [...]Les commissariats de police à travers le pays de 160 millions d'habitants ont reçu pour ordre de prendre des mesures contre l'infox meurtrière. Au moins 25 comptes Youtube, 60 pages Facebook et 10 sites internet ont été fermés. L'AFP a toutefois identifié plusieurs messages continuant à propager la rumeur sur Facebook. [...] (PM, 24.07.19).

Pourquoi la justice a ouvert une enquête sur la rumeur de l’eau polluée. [...] « L’eau de la région parisienne serait contaminée ». Cette rumeur a circulé pendant plusieurs jours après avoir été largement relayée via un message vocal diffusé sur des applications comme WhatsApp. Une femme disant être infirmière dans un hôpital parisien y affirmait qu’il ne fallait pas boire l’eau du robinet en raison d’une contamination. Une enquête a été ouvertelundi 22 juillet pour « publication, diffusion ou reproduction d’informations fausses de nature à troubler la paix publique » (NO, 23.07.19).

Vous en avez entendu parler. Pendant le mouvement des « gilets jaunes », une rumeur a circulé, suscitant l’indignation. Emmanuel Macron ­s’apprêtait à signer le pacte de Marrakech, un traité par ­lequel la France abdiquait, au profit de l’ONU, sa souveraineté en matière migratoire.Le Mondea décrit l’itinéraire mondial de cette infox, alimentée par l’extrême droite américaine, relayée par divers groupuscules, puis par des citoyens scandalisés, à coups de messages et de vidéos ­virales. Le texte du pacte, en réalité, est une déclaration d’intention sans valeur contraignante. Comment comprendre le succès d’une rumeur aussi facile à démentir ? La tentation est grande de blâmer les réseaux sociaux et, plus largement, le monde de « post-vérité » dans ­lequel nous serions, dit-on, entrés. C’est le refrain de l’époque : toutes les opinions se valent, Internet propage les ­rumeurs les plus folles, l’esprit critique a disparu et les infox se répandent comme des traînées de poudre (M, 22.12.18).

Top