Investigating_Content_and_Language_Integrated_Learning.jpg

Task force. Task force, d’origine militaire, dont l’usage est assez répandu pour le moment, doit être pourvu d’une marque « À éviter » jusqu’à ce que les équivalents français force opérationnelle (milit.), groupement temporaire (milit.), groupe de réflexion, comité de pilotage, équipe spéciale, équipe d’étude et d’action l’emportent.

Task force

Une force opérationnelle, appelée task force en anglais, est une forme d'organisation temporaire créée pour exécuter une tâche ou activité donnée.

Initialement créée dans la marine de guerre des États-Unis, le concept s'est répandu au point d'être à présent utilisé dans beaucoup d'organisations, telles que des entreprises, qui créent des forces opérationnelles pour exécuter des missions temporaires de protection et de surveillance.

Soutenez le projet en vous rendant sur la cagnotte collaborative

La pénétration de mots, d'expressions, de mots propres, de noms de marques, de slogans publicitaires, voire de tournures anglophones, est un phénomène suffisamment massif pour que l'Académie française s'en inquière officiellement et pour qu'un homme comme Michel Serres, rompu à l'internationalisation, constate qu'il y a aujourd'hui plus de mots anglais dans les rues de Paris que de mots allemands sous l'Occupation.

Il est clair que les quelques dizaines de mots anglais qui rentrent dans notre dictionnaire chaque année n'est que la partie émergée de l'Iceberg, et que le nombre de mots véritablement employés est de l'ordre de dix fois supérieur. Tous ne sont pas destinés à s'installer durablement, mais la marée est quand même là, et il s'agit de fortes marées.

Loin de nous l’idée cependant de bannir tous les emprunts que la langue française a fait à de nombreuses langues, de tous horizons, y compris des langues que l’on dit aujourd’hui régionales. Ce serait un triste appauvrissement. Là est justement le problème. L’emprunt en langue est généralement une source d’enrichissement, parce que la langue qui décrit le monde tel que l’on voit, qu’on le perçoit, qu’on le ressent, qu’on le comprend, n’a pas toujours le mot ou la nuance que l’on cherche. Là est la source de l’emprunt, si elle ne trouve pas en elle-même, ce qui peut arriver, ce qu’elle cherche à désigner et à exprimer. Or, avec l’abondance d’anglicismes à laquelle nous sommes confrontés chaque jour (et cela n’est pas une spécificité française), nous avons affaire à autre chose que l’emprunt ordinaire. Nous voulons comprendre l’anglicisme, facteur aujourd’hui d’anglicisation, ou plus exactement d’américanisation, afin de mieux le maîtriser. Ce faisant, on apprend à mieux connaître non seulement la langue française, mais aussi la langue anglaise. Et ce que nous disons pour le français, on peut tout autant le dire pour l’italien, l’allemand et de bien d’autres langues.
Ce site est interactif. Nous vous invitons à signaler les anglicismes qui vous posent problème et nous essaierons d’y répondre.

Pouvoir contredire son chef en réunion car il y a une faute sur le PowerPoint, pouvoir quitter le bureau à 15 heures car le travail est fait, pouvoir dépasser les tâches contenues dans les « bullet points » (les points forts) de sa fiche de poste… Mais pour qui se prend Paul, le jeune du service com ? Paul est simplement dans une entreprise où chacun a pris le contrôle des événements qui le concernent, par un empowerment : littéralement, un processus d’acquisition de pouvoir par les salariés.(Le Monde 12 avril 2021 - L’argot de bureau : l’« empowerment » ou l’autonomie retrouvée)

L’Europe n’est pas une collection d’individus isolés, mais une société de citoyens désireux de construire leur avenir. C’est pourquoi une politique supposée sectorielle telle que l’énergie devrait faire l’objet d’une évaluation de son impact sur d’autres politiques, dont la politique régionale et l’empowerment des citoyens.(Le Monde 24 novembre 2016 - « L’avenir énergétique doit reposer entre les mains des citoyens »)

"On doit parler en public de ce qu'on a fait. C'est pas évident mais on a compris que c'était utile pour que d'autres habitants fassent de même", expliquent-elles encore. Une expérience à mi-chemin entre d'éducation populaire, "empowerment" et action revendicative singulièrement riche. Zorah résume leur étonnement de « voir combien notre histoire intéresse ». Avant d'ajouter : "On se sent respectées".(Le Monde 26 avril 2013 - A Blanc-Mesnil, des femmes du quartier des Tilleuls passent de la parole à la plume)

L'"habilitation " (empowerment) de l'individu grâce au pouvoir du saint est donc la caractéristique centrale du rite, et on ne sera sans doute pas surpris de découvrir que la plupart de ceux qui deviennent des anasténarides occupent une place marginale dans la société laique _ ils sont pauvres, politiquement et socialement insignifiants.(Le Monde 10 mars 1990 - Sur les charbons ardents)

C'est une nouvelle année qui démarre et Diane von Furstenberg est de retour avec un selfie en maillot de bain rempli d'amour et d'empowerment.(Le Figaro 5 janvier 2021 - "Suis-je folle de publier ça ?" : à 74 ans, Diane von Furstenberg poste un selfie en maillot de bain"Suis-je folle de publier ça ?" : à 74 ans, Diane von Furstenberg poste un selfie en maillot de bain)

Face à la croissance du marché de la «mode pudique», beaucoup de maisons proposent d’ailleurs cette année des silhouettes à la tête voilée. Mais d’autres le voient également comme un signe d’empowerment.(Le Figaro 7 janvier 2019 - Le foulard fait son come-back chez les millenialsLe foulard fait son come-back chez les millenials)

Maintenant, quatre directions peuvent être évoquées pour stabiliser la région. Tout d'abord, le renforcement des États pour contrôler les frontières et lutter contre l'insécurité galopante. Ensuite, l'empowerment des sunnites irakiens.(Le Figaro 13 juillet 2017 - Renaud Girard : « La destruction de l'EI ne changerait rien à la situation française »)

À droite comme à gauche, on souhaite aller vers ce concept d’“empowerment ”, c’est-à-dire la prise de pouvoir sur soi. (Le Figaro 7 mai 2013 - «L’allocation d’autonomie pour les jeunes, ça fait 15 ans qu’on en parle»)

Top