« Ce câbleman, faux anglicisme désuet suite à l’épuration du vocabulaire du cinéma fortement anglicisé depuis les années 30 du siècle dernier »

CÂBLEMAN [kɑbləmεn] n.m. (1973 ; faux anglicisme, de câble et suff. -man) Télév., cinéma Assistant qui manipule les câbles d'une caméra lors des prises de vues télévisuelles ou cinématographiques.

Normalisation NNS : à proscrire

                             Usage : E : impossible à établir, M : 0 occ., NO : 0 occ., P : 1 occ., L : 0 occ., F : impossible à établir, PM : 0 occ., H : 0 occ.

[...] au cours d'une émission de télévision enregistrée en différé, le réalisateur demande de déplacer une caméra. Mais, pour ce faire, il faut bouger un câble, opération qui est l'exclusivité du « cableman » (P, 12.10.96).

Équiv. norm. : Câbliste n.

Le plus extraordinaire, dans ses souvenirs [d’Allain Dwan] très précis, c'était son entrée en cinéma, ce passage du statut d'électricien (de câbliste, plutôt) à celui de metteur en scène, une fonction qui ne valait pas mieux que celle de contremaître (L, 27.08.03).

«Maine-Océan», film de Jacques Rozier [...] Le cinéphile peu oublieux sait que Rozier s'est essayé au court métrage ironique pour l'ex-ORTF. Mais se souvient-il que
la meilleure moitié d'Adieu Philippine , était une sorte d'hommage à la petite lucarne?
Le héros, affolé de son départ imminent pour l'armée, appelé qu'il est vers une Algérie déjà plus tout à fait française [...] était câbliste pour ces dramatiques en direct que la télé aimait tant
[...] (L, 07.10.97).

Top