Ce "tracking", très mal nommé, qui suscite toutes les craintes

Ce "tracking", très mal nommé, qui suscite toutes les craintes

Ce "tracking", très mal nommé, qui suscite toutes les craintes

tracking

Tracking : n, m, sing., nom générique issu de recherches internationales pour désigner différentes forme de traçage, de pistage, d'enquête épidémiologique, de suivi de contacts utilisant les techniques numériques de la téléphonie mobile et destinée à remonter les chaînes de contamination, afin de réduire la diffusion du virus. Évoquant en français la "traque" (action de poursuivre, de traquer quelqu'un ou un animal), le mot prend instantanément une connotation négative.

Tracking : n, m, sing., nom générique issu de recherches internationales pour désigner différentes forme de traçage, de pistage, d'enquête épidémiologique, de suivi de contacts utilisant les techniques numériques de la téléphonie mobile et destinée à remonter les chaînes de contamination, afin de réduire la diffusion du virus. Évoquant en français la "traque" (action de poursuivre, de traquer quelqu'un ou un animal), le mot prend instantanément une connotation négative.

Tracking : n, m, sing., nom générique issu de recherches internationales pour désigner différentes forme de traçage, de pistage, d'enquête épidémiologique, de suivi de contacts utilisant les techniques numériques de la téléphonie mobile et destinée à remonter les chaînes de contamination, afin de réduire la diffusion du virus. Évoquant en français la "traque" (action de poursuivre, de traquer quelqu'un ou un animal), le mot prend instantanément une connotation négative.

Vous êtes invités à consulter les 9 articles ci-après pour voir que, parallèlement à l’intégration d'emprunts nécessaires, le français réagit à l’anglicisation.
Cluster Drive Clapping Circuit breaker Crash test Fact-checking Open space Snorkeling Turning-point

Vous êtes invités à consulter les 9 articles ci-après pour voir que, parallèlement à l’intégration d'emprunts nécessaires, le français réagit à l’anglicisation.
Cluster Drive Clapping Circuit breaker Crash test Fact-checking Open space Snorkeling Turning-point

Vous êtes invités à consulter les 9 articles ci-après pour voir que, parallèlement à l’intégration d'emprunts nécessaires, le français réagit à l’anglicisation.
Cluster Drive Clapping Circuit breaker Crash test Fact-checking Open space Snorkeling Turning-point

Slider

Soutenez le projet en vous rendant sur la cagnotte collaborative

La pénétration de mots, d'expressions, de mots propres, de noms de marques, de slogans publicitaires, voire de tournures anglophones, est un phénomène suffisamment massif pour que l'Académie française s'en inquière officiellement et pour qu'un homme comme Michel Serres, rompu à l'internationalisation, constate qu'il y a aujourd'hui plus de mots anglais dans les rues de Paris que de mots allemands sous l'Occupation.

Il est clair que les quelques dizaines de mots anglais qui rentrent dans notre dictionnaire chaque année n'est que la partie émergée de l'Iceberg, et que le nombre de mots véritablement employés est de l'ordre de dix fois supérieur. Tous ne sont pas destinés à s'installer durablement, mais la marée est quand même là, et il s'agit de fortes marées.

Loin de nous l’idée cependant de bannir tous les emprunts que la langue française a fait à de nombreuses langues, de tous horizons, y compris des langues que l’on dit aujourd’hui régionales. Ce serait un triste appauvrissement. Là est justement le problème. L’emprunt en langue est généralement une source d’enrichissement, parce que la langue qui décrit le monde tel que l’on voit, qu’on le perçoit, qu’on le ressent, qu’on le comprend, n’a pas toujours le mot ou la nuance que l’on cherche. Là est la source de l’emprunt, si elle ne trouve pas en elle-même, ce qui peut arriver, ce qu’elle cherche à désigner et à exprimer. Or, avec l’abondance d’anglicismes à laquelle nous sommes confrontés chaque jour (et cela n’est pas une spécificité française), nous avons affaire à autre chose que l’emprunt ordinaire. Nous voulons comprendre l’anglicisme, facteur aujourd’hui d’anglicisation, ou plus exactement d’américanisation, afin de mieux le maîtriser. Ce faisant, on apprend à mieux connaître non seulement la langue française, mais aussi la langue anglaise. Et ce que nous disons pour le français, on peut tout autant le dire pour l’italien, l’allemand et de bien d’autres langues.
Ce site est interactif. Nous vous invitons à signaler les anglicismes qui vous posent problème et nous essaierons d’y répondre.

Top